Il avait annoncé la couleur. Le « Red Carpet » est un lieu révolutionnaire. C’est là qu’un look peut acter une transformation sociale. Cette année 2022 le dos nu rouge satiné de Timothée Chalamet sur le tapis rouge de la Mostra de Venise sera devenu le symbole immédiat d’une nouvelle masculinité et d’un vestiaire « non genré ». En 1990 c’était le costume-cravate de Julia Roberts aux Oscars…
Une autre bascule vestimentaire s’est produite récemment aux Oscars britanniques de la mode, les British Fashion Awards : une icône de la musique drill et de la mode, le rappeur anglais Central Cee, s’est pointé avec une veste Quechua ! La ligne de rando de l’équipementier français Décathlon.
Dans cette vidéo Tik Tok Central Cee raconte qu’à la soirée, des célébrités en Dior lui disait « C’est cool ce que tu portes » et il répondait simplement « I said Décathlon » :
Avec sa veste de trekking à 60 euros et son bonnet Kalenji à 8 euros (Kalenjii autre ligne de Décathlon cette fois dédiée à la course), Central Cee a aussi failli se faire refouler par la sécurité ! Mais une fois le malentendu dissipé, sa photo en « Décathlon » est devenu un « fashion séisme ». La veste s’est évidemment retrouvée en rupture de stock, puis revendue le double et baptisée « Quecha Veste Central C », avant d’être à nouveau disponible.
Ce n’est pas la première fois que ça arrive non ?
En France le rappeur Jul revendique son style « Décathlon » ! Et sa « Kalenjul » ! Cette doudoune de la ligne Kalenjii qui s’est retrouvée en rupture de stock après la sortie de son clip « En Y ». C’était en 2015. Sur son double album « La Machine » en 2020 Jul a même enregistré le titre « Veste Quechua ». Autre rappeur de la cité phocéenne, élu « Homme de l’année » par le magazine GQ, SCH se définit aussi un comme un « Homme Quechua ».
« Vestimentairement parlant j’ai toujours aimé » a déclaré SCH qui a provoqué lui aussi des ruptures de stock pour une polaire…
Abordables et anti-bling les sapes Décathlon se sont assurément imposées comme emblèmes du « rap game » français. Une enquête de France 3 Région raconte comment le look profil bas des anciens taulards marseillais en Décathlon aurait inspiré cette nouvelle génération de rappeurs. Leur assurant la fameuse « street cred », qui nourrit depuis longtemps le lien entre mode et prison dans la culture Hip Hop.
Alors que le début du 21ème siècle reste marqué par la figure du rappeur/entrepreneur et sa marque de streetwear hors de prix, de Booba à PNL. Alors que les marques de luxe se sont elles-mêmes mises à vendre des sweats à capuche et des joggings à 1500 euros… Le rappeur Central Cee, par ailleurs égérie du créateur Jacquemus, a peut-être provoqué en un look l’éclatement de cette bulle !
L’équipe

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like
Non classé

NBA – En plein beef Maes/Booba, Victor Wembanyama révèle son … – Parlons Basket

Pour nous soutenir, merci de désactiver votre adblock 🙂AdBlockAdblock PlusuBlock OriginAutresDepuis la…
Non classé

Les albums rap les plus attendus de 2023 – Booska-p

Les albums rap les plus attendus de 2023  Booska-psource
Non classé

Les chiffres de ventes incroyables de l'album "Dans la légende" de PNL en 2022 ! – Rapunchline

–PNL est le seul groupe de rap français à avoir décroché un…

Voici les albums de rap français les plus vendus en 2022 – Hip Hop Corner

–Après avoir amorcé le dernier virage de l’année 2022, Ventes Rap a…