Boutique le Point
Evenements
Jeux concours
Partenaires
Cette série en 6 épisodes nous plonge dans les années 1980, à la naissance du hip-hop en France. En évoquant les trajectoires de JoeyStarr et Kool Shen.
Temps de lecture : 4 min
NTM se reforme, et c’est sur Arte que cela se passe. Dès ce jeudi soir, la chaîne franco-allemande diffuse sa série de six épisodes Le Monde de demain, qui, sur fond de breakdance et de graffitis, nous raconte la naissance du collectif apparu en Seine-Saint-Denis au début des années 1980. Une ode à une jeunesse bouillonnante, biberonnée au H.I.P. H.O.P. de Sidney (sur TF1, rappelons-le), qui parvient à éviter les poncifs du genre. Le festival Séries Mania de Lille lui a décerné son Grand Prix au printemps dernier, récompensant ainsi pour la première fois une série française. On comprend pourquoi.
Des faits réels, des témoignages, des récits des principaux intéressés… Pour bâtir la série Le Monde de demain,Katell Quillévéré (on lui doit le film Réparer les vivants, sorti en 2016) et Hélier Cisterne (il a signé quelques épisodes du Bureau des légendes), accompagnés des scénaristes Vincent Poymiro et David Elkaïm, ont souhaité être au plus près de ces années 1980 naissantes qui voyaient poindre un nouveau mouvement artistique venu tout droit des États-Unis, le hip-hop, qui, outre-Atlantique, mêle alors musique, peinture, danse et poésie.
Ce n’est pas un hasard si la série s’ouvre sur ce jeune Français, Daniel, fan de funk et de soul, qui dans la nuit de San Francisco erre dans une clairière où un DJ scratche devant une poignée de mordus. Daniel n’en croit ni ses yeux ni ses oreilles : il ne s’est pas encore fait un nom, mais se fera connaître sous son nom de DJ, Dee Nasty…
Et c’est là l’originalité de cette série coproduite par Arte et Netflix, celle de nous prendre par l’oreille pour nous faire découvrir la naissance du hip-hop, à travers des figures plus ou moins connues du grand public. Au premier rang, Didier Morville, futur JoeyStarr, et Bruno Lopez aka Kool Shen, fondateurs du groupe NTM, mais aussi le DJ Dee Nasty et la graffeuse, rappeuse et danseuse Lady V.

À LIRE AUSSI« Suprêmes » : pourquoi le biopic de NTM rate sa cible
Le destin du jeune Bruno (pas encore connu sous son célèbre pseudonyme) est tout tracé. Du moins par son paternel, qui veut en faire un footballeur professionnel. Mais Bruno préfère danser plutôt que de rejoindre le centre de formation du RC Lens. Didier, son futur pote, vit avec un père violent et son existence se partage entre bahut, petits larcins, danse et rap. Daniel, lui, rêve de passer des disques dans des radios ou des boîtes. Quant à Vivi, Virginie (future Lady V), elle graffe sous le regard complice de sa mère. À la télé, sur TF1, Sidney fait vibrer les lettres HIP HOP le samedi après-midi. Le rêve est dans la lucarne, au bout de leurs doigts et pourtant encore si loin.

Premiers entrainements dans la cité. © JEAN-CLAUDE LOTHER / ARTE France / © Jean-Claude Lother

N’imaginez pas vous plonger dans six épisodes de pur biopic du groupe NTM. Vous seriez déçus, car, contrairement au film Suprêmes, qui en novembre dernier se proposait de suivre la construction d’un mythe, le sujet du Monde de demain est ailleurs. Au plus près de la Seine-Saint-Denis, de ses ados pas tous paumés et de sa musique. Au-delà même de la seule histoire de l’introduction du hip-hop en France. Pas besoin de se reconnaître dans le rap, d’être un expert en matière de beat et de flow, pour se passionner pour le destin de ces personnages tour à tour attachants, agaçants mais surtout vivants.
Casting irréprochable : Anthony Bajon (actuellement dans Athena de Romain Gavras sur Netflix) incarne un Kool Shen perfectionniste et déterminé, le danseur Melvin Boomer offre un JoeyStarr plus nuancé qu’on ne l’imagine et Andranic Manet crève l’écran en portant à merveille les espoirs fous du futur Dee Nasty. Peut-être aidés par les trois principaux intéressés, qui ont eu un droit de regard sur tous les épisodes et ont coaché, chacun à leur façon, les acteurs.
Mais si cette série chorale fonctionne si bien, sans chercher à tout prix à jouer la carte de l’originalité, privilégiant d’ailleurs une forme somme toute assez classique, c’est qu’elle ne se contente pas de nous renvoyer à la figure nos années 1980. Ici, pas de nostalgie rassurante (même si chacun tentera d’y retrouver ce qui a sûrement habité son adolescence), pas de cours magistral sur la force du destin, pas de pensée délivrée aux plus jeunes par la télé-réalité à base de « sois toi-même si tu veux réussir » et encore moins de « si tu veux, tu peux ».

À LIRE AUSSISéries : programme chargé en octobre
Le sujet, c’est notre jeunesse. Celle des quinquas d’aujourd’hui, alors coincés entre les posters de l’Inspecteur Gadget et l’émergence cathodique du Front national. Mais surtout, Le Monde de demain frappe par son universalité en nous peignant une jeunesse encore et toujours traversée d’espoirs et d’illusions, de doutes et d’échecs. Une jeunesse qui cherche à s’agripper à ses rêves en espérant bien en toucher quelques-uns. Ou pas.
Newsletter pop
Chaque mercredi, recevez le meilleur de la pop culture et recevez en avant-première nos exclusivités et meilleures offres du Point.

Newsletter pop

Vous pouvez consulter notre Politique de protection des données personnelles.
La rédaction vous conseille
Qui n’a jamais réfléchi à l’ascension
du populisme devant un épisode des machiavéliens
 Game of Thrones ou Baron Noir ? Ou au bien-fondé 
– ou pas – de la transparence en politique en visionnant Borgen ? Quant au succès planétaire de La Casa de papel,
 ne reflète-t-il pas la montée de la pensée « antisystème » dans nos démocraties ? Plus pragmatiquement, que nous enseignent, du pouvoir, de ses enjeux et de ses jeux, sur la manière dont on le conquiert et dont on le garde,
les grands récits contemporains que sont les séries ?

Signaler un contenu abusif
Merci de renseigner la raison de votre alerte.
Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire
Code erroné
Un avis, un commentaire ?
Ce service est réservé aux abonnés
Voir les conditions d’utilisation
Vous devez renseigner un pseudo avant de pouvoir commenter un article.

Auxquels je souscris totalement.
Je ne comprends pas l’engouement de tous ces médias de gauche, (dont fait partie Arte, bien sûr) sur un groupe dont le leader JoeyStarr est d’une violence telle qu’il frappait son singe en cage de violents coups de poings devant la caméra !
NTM ce n’est même pas de la contre-culture, c’est de l’anti-culture. Pathétique.
Consultez les articles de la rubrique Le Point Pop, suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses de l’actualité.
Coupe du monde de la FIFA 2022
George Orwell
Grand Tour à Londres

Expérience Le Point
La boutique
Abonnements
Applications mobiles
Nos partenaires
Nous sommes OJD
Les forums du Point

FAQ
Politique de protection des données à caractère personnel
Gérer mes cookies
Crédit d’impôt
Cours de langues
Bons d’achat
Comparateur PER
Portail de la transparence
Tutoriel vidéo
Publicité
Nous contacter
Plan du site
Mentions légales
CGU
CGV
Conditions générales d’un compte client
Charte de modération
Archives

* Champs obligatoires
Avec un compte LePoint.fr :

Créez un compte afin d’accéder à la version numérique du magazine et à l’intégralité des contenus du Point inclus dans votre offre.

Pour ce faire, renseignez
votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.
Vous avez un compte Facebook ?
Connectez-vous plus rapidement
Vous avez un compte Facebook ?
Créez votre compte plus rapidement
Veuillez saisir l’adresse mail qui a servi à créer votre compte LePoint.fr
Cet article a été ajouté dans vos favoris.
Pour soutenir Le Point acceptez la publicité personnalisée.
Déja abonné ? Je m’identifie

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like
Non classé

Gazo est “prêt” à révolutionner le rap français avec son nouvel album – Hip Hop Corner

Teasé depuis des semaines, le nouvel album tant attendu de Gazo est…
Non classé

Les chiffres de ventes incroyables de l'album "Dans la légende" de PNL en 2022 ! – Rapunchline

–PNL est le seul groupe de rap français à avoir décroché un…

Tory Lanez pense que « le niveau de la musique en 2022 est moyen” – Hip Hop Corner

–Alors que nous venons d’entamer le troisième trimestre de l’année 2022, Tory…

Voici les albums de rap français les plus vendus en 2022 – Hip Hop Corner

–Après avoir amorcé le dernier virage de l’année 2022, Ventes Rap a…