Focus sur les trajectoires de deux genres au parcours définitivement liés.
En inondant les ondes radios, chaînes de télévision et les baladeurs mp3 de milliers d’auditeurs du début des années 90, le R’n’b, ce genre hybride né de l’union tortueuse entre soul, pop, funk et hip-hop a conquit avec une dynamique impressionnante la musique du début du XXIème siècle. Au fil de refrains mielleux, de guitares pincées et d’envolées lyricales portées par les icônes du genre, le R’n’b continue encore aujourd’hui de bouleverser d’autres trajectoires musicales : le rap étant sûrement le genre le plus fortement influencé par celui-ci. De l’autre côté de l’atlantique, le R’n’B est aussi devenu un genre intimement lié au rap français, au travers d’artistes aux influences musicales hybrides qui n’ont cessé d’entretenir le lien entre les deux genres, et ce, encore aujourd’hui.
Entre collaborations mythiques, morceaux indémodables et héritage légué aux nouvelles générations, focus sur la relation fusionnelle entre R’n’B et Rap de la scène francophone.
A mi-chemin entre des dizaines de musiques aux identités toutes bien définies, le R’n’b est un de ces genres qu’il est parfois compliqué de déterminer. Du moins, c’était surtout le cas au début du mouvement, né de la rencontre entre soul, gospel, pop et blues, à la fin des années 80. Depuis les années 2000, les figures de proue du genre ont grandement participé à construire le R’n’b comme une musique aux mélodies langoureuses, aux paroles passionnées et aux refrains qui résonnent comme une balade amoureuse lancinante. Avec les hits mondiaux de Usher, les albums marquants de Aaliyah, les titres aux millions d’écoutes du problématique chanteur et criminel R.Kelly ainsi que les titres de l’iconique trio Destiny’s child, le R’n’B est devenu un genre ou la voix, les mélodies et les harmonies sont reines, et les instrumentales aux tempos lents aux lourdes percussions sont leurs plus fidèles vassaux. En faisant de ce créneau leur fer de lance, ces artistes au public très large ont largement popularisé le R’n’B et son style unique, jusqu’à atterrir de l’autre côté de l’atlantique.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.
Importé en France notamment grâce au titre I love tout Smile de Shanice sorti en 1991, le mouvement s’implante rapidement chez les nouvelles générations et séduit une foule d’auditeurs de plus en plus nombreux. Parmi ceux-ci, plusieurs artistes sont aussi ancrés dans un autre genre qui connaît un âge d’or certain dans les années 90 : le rap. Longtemps considéré comme l’un des piliers les plus solides de l’importation du rap en Europe, la France se place alors comme un El Dorado du genre ou les grandes figures comme Iam, Ntm, la Fonky Family, Sniper et des dizaines d’autres groupes participent massivement à l’explosion et à la diffusion du genre auprès des auditeurs francophones.
Alors dans un mouvement en pleine expansion parallèle au R’n’B, certains rappeurs en France commencent alors à créer des passerelles de plus en plus nombreuses entre les deux genres, en invitant notamment des artistes à l’identité musicale très proche du R’n’B pour assurer les refrains de leurs prochains morceaux. C’est notamment le cas d’Oxmo Puccino, qui invite K-Reen sur le mélancolique « Le jour ou tu partiras », ou les textes poignants de l’artiste se mélangent avec la sublime voix de la chanteuse pour un morceau dont la place est toute gardée au panthéon du rap français.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.
Alors en continuant sur cette même lancée, les deux artistes vont aussi proposer sur premier album du rappeur « Opéra Puccino » un featuring bien plus solaire au refrain iconique : le morceau « Le mensongeur » devient un tube du rap français et officialise pour de bon le lien entre Rap et RNB en France. Cette dynamique sera aussi observable chez bien d’autres artistes de l’époque, qui vont à leur tour renforcer les liens de plus en plus évidents entre les deux genres, désormais destinés à grandir main dans la main. Alors comme une tradition qui s’instaure peu à peu, cette relation fusionnelle entre les deux genres ne cesse de se transmettre, et ce, jusqu’à la nouvelle génération qui héritera à son tour de ces liens solides au sein de leur propositions musicales.
Depuis la voie ouverte par Hamza et son premier projet « H24 » présenté en 2015, les refrains chantés portés par un autotune mélodieux se sont largement démocratisés dans le rap francophone. En apportant à cette époque des mélodies et du chant, encore jusque là rare dans les productions de France, de Belgique, de Suisse et d’ailleurs, le rappeur belge semble avoir puisé dans ses influences très orientées R’n’B pour apporter ces mélodies dans sa musique : il déclarait notamment, devant la caméra de Konbini pour son track ID, avoir été très influencé par le R’n’B de Jodeci, groupe phare du mouvement des années 90, et leur morceau Freek’n You que son père lui passait souvent en voiture. En ayant continué à explorer les sonorités R’n’B pop de Justin Timberlake ou Mark Morrisson en grandissant, la construction musicale de Hamza semble s’être aussi bien faite au travers du rap que des mélodies du genre.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.
Depuis, l’artiste a réussi à faire de sa musique un hybride équilibré entre ses influences, et propose depuis presque 10 ans un style novateur dans des musiques aussi rappées que mélodieuses.
Mais plus récemment, le rap français semble avoir renforcé d’autant plus ces liens avec le R’n’B grâce à la musique d’une nouvelle génération d’artistes ayant grandi dans les années 2000, bercés par les sonorités du genre. C’est notamment de cas de Tiakola et Rsko, deux artistes à la musique ultra mélodieuse principalement constituée de toplines prenantes et très efficaces. Entre romance, ambition et parcours de vie, les thématiques abordées par les artistes sont un appui solide à leurs refrains mélodieux, à mi-chemin entre la célébration et la mélancolie. Si les productions que les artistes choisissent sont souvent parsemées de basses 808, de caisses claires et de hats plutôt caractéristiques des productions trap, leurs mélodies et leur volonté de proposer des morceaux dansants sont en adéquation totale avec l’essence même du R’n’B, sous une forme plus contemporaine.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.
Dans un registre plus solaire, plus lancinant et avec une dose conséquente de miel, la musique de Jäde, chanteuse française proche de rappeurs et rappeuses comme Lala &ce, J9ueve ou encore Edge traduit une forte intériorisation de ses influences R’n’B dans sa musique, notamment au travers de morceaux lents aux basses vrombissantes et aux refrains accrocheurs. Son track météo démarre par des sonorités de guitare pincées très représentatives des sonorités R’n’B, rappellant presque la mélodie de guitare d’intro du morceau légendaire de R’n’B « No Scrubs », par le groupe TLC.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d’intérêt.
Fort de ses nouveaux talents, le R’n’B en France semble encore avoir devant lui des belles années de rencontre avec le rap français. Cependant, le R’n’B étant un genre aux codes établis et à l’identité propre, il semble bien essentiel de distinguer les morceaux de rap chantés des morceaux Rap / R’n’B, terrain où la fusion des deux genres va bien plus loin qu’un simple refrain chanté sous autotune. Quoi qu’il en soit, les années passées nous ont prouvé que l’évolution parallèle des deux genres avait amené dans la scène francophones des profils hybrides à la musique nouvelle et innovante, alors, il ne reste plus qu’à souhaiter que cette union du Rap français et du R’n’b continue, pendant des années encore, à proposer des morceaux toujours plus rafraîchissants.
Vous trouvez cet article intéressant ?
Faites-le savoir et partagez-le.
Références

source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like
Non classé

Les chiffres de ventes incroyables de l'album "Dans la légende" de PNL en 2022 ! – Rapunchline

–PNL est le seul groupe de rap français à avoir décroché un…

Voici les albums de rap français les plus vendus en 2022 – Hip Hop Corner

–Après avoir amorcé le dernier virage de l’année 2022, Ventes Rap a…
Non classé

Gazo est “prêt” à révolutionner le rap français avec son nouvel album – Hip Hop Corner

Teasé depuis des semaines, le nouvel album tant attendu de Gazo est…

Été 2022 : le rap français toujours en tête du classement sur les plateformes de streaming – Hip Hop Corner

–Les géants du streaming ont rendu publics, les résultats des titres les…